mercredi 20 juin 2018

Portrait | Emmanuel et Nathalie Delfosse-Pirard, La Ferme du Pré Charmant à Grandhan


Par cette belle journée ensoleillée, nous avons rendez-vous au cœur du village de Grandhan pour rencontrer Emmanuel et Nathalie Delfosse-Pirard, propriétaires de La Ferme du Pré Charmant qui abrite 3 "Gîtes à la Ferme".

Si l’objectif de la rencontre était de discuter du label «Clé Verte» qui leur a été récemment attribué,  vous vous rendrez vite compte en lisant ces quelques lignes que nous avons fait la connaissance d’un homme et d’une femme qui ont façonné leur outil de travail (Euh non, de vie) à leurs convictions personnelles.

Une jolie leçon de vie !



ADL: Racontez-nous un peu l’histoire de ce superbe bâtiment ainsi que votre parcours...

La Ferme du Pré Charmant a toujours été une ferme en activité. En 1995, alors que de nouvelles étables sont construites pour abriter les bêtes, ranger les ballots… tous les bâtiments autour du corps de logis se vident.

Ayant toujours accueilli des gens à la ferme, mon père a eu l’idée de transformer ces bâtiments en gîtes de grande capacité totalement inexistants sur le territoire à l’époque. Il  avait même pu bénéficier de primes à l’installation ! Très vite, les gîtes se sont bien loués. Ça répondait vraiment à une demande.

En 2007, lorsque mes parents ont décidé de lever le pied, je leur ai rapidement signifié que je n’étais pas intéressé de reprendre l’activité de la ferme. Le monde agricole étant devenu ce qu’il est, ça ne me disait rien.

Et, fin 2013, lorsqu’ils ont décidé d’arrêter l’activité des gîtes, la question s’est à nouveau posée quant  à savoir si ça intéressait l’un d’entre nous (les enfants).On y a réfléchit en famille et Nathalie et moi, avons manifesté notre intérêt. Sachant qu’on allait vivre sur place, il était également impératif que nos enfants soient partie prenante du projet. Et c’est ainsi que l’aventure a commencé!

ADL Durbuy: Vous connaissiez déjà  un peu le métier ?

Oui, car nous avons toujours eu l’habitude d’accueillir des visiteurs à la maison. Ceci dit, même si l’outil était en bon état et que la clientèle était présente, la procédure administrative pour le simple changement de propriétaires s’est avérée extrêmement longue et compliquée. Nous étions propriétaires légalement mais nous étions en attente de la reconnaissance d'exploitation des gîtes délivrée par le Commissariat Général au Tourisme. Il aura fallu attendre avril 2016, soit presque 2,5 ans, avant de l'obtenir et ainsi pouvoir mettre nos différentes actions en faveur de l'environnement en lumière. Cet épisode administratif est sans doute la plus grosse difficulté à laquelle nous avons été confrontés. Heureusement, nous avons pu bénéficier du soutien sans faille d’Accueil Champêtre pour arriver au bout de cette procédure.

ADL Durbuy : Une manière de tester votre motivation, on dirait !

En attendant que le problème se résolve, nous avons continué à travailler en parallèle (NDLR: Emmanuel est éducateur et Nathalie est enseignante) et nous en avons également profité pour marquer de notre empreinte la propriété et ses bâtiments. Nous faisons un maximum de choses nous-mêmes, non seulement parce que ça coûte moins cher, mais aussi parce que ça nous plaît et ça permet d’afficher des prix raisonnables pour les gens qui viennent en séjour. L’accessibilité à tous est un de nos objectifs.

ADL Durbuy : Quels aménagements avez-vous effectués, par exemple ? 

Nos affinités, ainsi que nos aptitudes professionnelles, nous ont naturellement conduits à la mise en place d’actions et de projets comme le placement de panneaux didactiques ça et là dans le jardin, la création d’une petite ferme pédagogique, la construction d’une salle de jeux, la remise en route d’un four à pain…
Tous ces projets sont guidés par notre philosophie de vie et l'envie de conscientiser nos visiteurs à l’importance du respect du rythme du temps, de la nature et des autres. Faire prendre conscience, sans pour autant être donneurs de leçon, car nous gardons bien à l’esprit que nos clients sont là, en vacances, pour se détendre et prendre du bon temps.
S’ils sont interpellés par une de nos actions, on échange avec eux. Vous savez, on en apprend tout autant de nos visiteurs ! Nous avons donc mis tout en œuvre pour que nos clients, avec la proximité des animaux, de la nature et de tout ce que nous avons mis en place, puissent prendre conscience que nous sommes en lien avec tout ce qui nous entoure et que chaque acte que nous posons implique une ou des conséquence(s), parfois bonne(s), parfois pas !

ADL Durbuy : Voilà qui répond aussi à votre objectif d’accessibilité financière !


Tout à fait. Nos gîtes sont loués à des familles ou à des groupes d’amis. Et quand il faut occuper tout ce petit monde, cela peut vite s’avérer onéreux. Les aménagements que nous proposons, avec des choses simples, permettent aux gens de passer du bon temps, tout en se créant des souvenirs de vacances inoubliables.

Toutes ces petites activités sont autant d’occasions d’être dans le vécu, dans l’expérience, dans les émotions !

ADL Durbuy : En février 2018, vos gîtes ont reçu le label «Clé Verte». Sur Durbuy, vous êtes les seuls propriétaires de «Gîtes à la ferme» à l’avoir reçu. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette reconnaissance ? 


Un établissement labellisé «Clé Verte» est un établissement respectueux de l’environnement et des ressources naturelles, qui satisfait à des critères portant sur l’eau, l’énergie, les déchets, les produits d’entretien… C’est un label international.
Depuis toujours sensibilisés à la nature et au respect de l’environnement, il nous semble important, dans une région si bien connue au niveau touristique, de montrer que l’accueil des touristes peut se faire dans le respect de notre belle nature. Car cette belle nature, qui attire et ressource ses habitants comme ses visiteurs, mérite que l’on y prenne garde pour en profiter encore longtemps.
Pour l’obtention de ce label nous avons dû prouver que nous remplissions bien les critères établis par le label Clé Verte/Green Key et que nous nous engagions sur le long terme à continuer à nous améliorer encore au fil des années à venir car c'est un label évolutif. C'est précisément ce point du dossier qui s’est avéré compliqué pour nous car nous avions déjà mis beaucoup de choses en place… et il faut continuer à s'améliorer !

ADL Durbuy : Lesquelles, par exemple ?

Nous sommes vigilants aux économies d’énergie : achat d’appareils électroniques peu énergivores, utilisation d’ampoules à éclairage LED, récupération de l’eau de pluie, installation de panneaux photovoltaïques, compostage des déchets verts, utilisation de produits écologiques, obtention du label «Bienvenue Vélo», membre du réseau nature chez Natagora…et sensibilisation de nos touristes. Nous mettons un point d’honneur à partager avec nos clients sur le sujet mais également sur l’importance, comme on l’a déjà dit, de pouvoir se déconnecter et de se retrouver en famille ou entre amis afin de vivre l’Instant Présent.

À nous de choisir les actes que nous poserons pour que, demain, nous puissions profiter de leurs belles conséquences et être des modèles pour les générations futures.

ADL Durbuy : Pensez-vous que le label «Clé Verte» est un critère de choix pour vos visiteurs ?

Actuellement, non. Nos visiteurs actuels viennent principalement parce que nous sommes situés sur la commune de de Durbuy. C’est grâce à la notoriété de Durbuy que nous accueillons des gens. Mais nous sommes convaincus que d’ici 5 à 10 ans, l’écotourisme sera en plein essor. En France, aux Pays-Bas ou encore en Allemagne, les mentalités sont déjà en train de changer. La démarche pour obtenir un label doit être faite par conviction et non pour attirer des visiteurs supplémentaires. Notre gestion et notre philosophie correspondent bien aux critères de Clé Verte, tout simplement !

ADL Durbuy : D’autant plus qu’adhérer à ce label représente un coût ! 

En effet ! Mais il faut savoir qu’il y a une intervention de la part de la Région Wallonne qui est bien consciente que le coût est un critère limitant. En même temps, c’est une forme d’investissement sur l’avenir : en nous engageant à mettre en place des actions pour limiter notre consommation d’énergie, on allège nos factures ! Par exemple, ça fait des années qu’on se dit qu’on doit placer des robinets économiseurs d’eau. Mais ce n’est toujours pas fait ! Le fait de l’avoir inscrit sur notre plan d’actions pour l’an prochain va nous obliger à, enfin, les poser ! C’est le côté stimulant du label! Enfin, on en profite pour saluer leur équipe qui n’est pas là uniquement pour contrôler mais qui est très disponible, à l’écoute et de bon conseil !

ADL Durbuy : Avec l'arrivée du label, vos gîtes se dotent d'un tout nouveau site web. Il est très beau. Bravo !



Merci. Il est vrai que c'est seulement maintenant qu'on se prend en charge en termes de communication. L'ancien site web datait de l'époque de mes parents et ne correspondait plus aux normes actuelles. Nous avons compris qu'un site web c'est, finalement, bien plus qu'une simple vitrine. Afin d'être bien référencés sur Google, nous avons appris qu'il était impératif d'apporter régulièrement du contenu à notre site. C'est chronophage mais, en même temps, c'est agréable et, en plus, ça a l'air de porter ses fruits.

ADL Durbuy : Vous n'avez pas opté pour la réservation en ligne. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Pour des gîtes de grande capacité (NDRL : 24 et 26 personnes), le contact direct avec les clients est préférable et quasi incontournable. Les personnes ont beaucoup de questions, ils doivent répercuter les réponses au reste du groupe, revenir vers nous pour préciser encore certaines choses... Ils attendent des réponses à des informations qui ne sont pas nécessairement visibles en ligne. Avec un contact direct, on peut les aiguiller vers un gîte plutôt que l'autre en fonction des différents critères qui sont les leurs.

ADL Durbuy : Vous ne travaillez donc pas avec des agences de location ?

Non. Excepté pour le petit gîte (2 personnes) car la concurrence est bien plus rude ! Mais le taux des commissions et les exigences de certaines agences (Il faudrait une piscine, des draps de lit, un petit déjeuner...) font que nous avons envie de nous tourner vers d'autres alternatives qui nous correspondent mieux. Nous ne sommes ni hôtel, ni chambres d'hôtes et c'est très bien comme ça. A chacun son métier !

ADL Durbuy : Quels sont, selon vous, les principaux atouts du métier ?

Pour nous, il s'agit plus d'une passion que d'un métier. Gérer des gîtes, c'est du boulot mais on ne subit pas le stress et la pression : on fait les choses parce que c'est le moment et on les fait avec plaisir. On ne court plus dans tous les sens comme avant. On s'organise en fonction des priorités. Le déplaisir ne doit jamais dépasser le plaisir !

ADL Durbuy : Avez-vous d'autres projets ?

Ayant été interpellés à différentes reprises par des écoles ou encore par l'Office Animations Loisirs, nous avons décidé de mettre sur pied des journées/stages à la ferme.
On a remarqué que les enfants, eux aussi, avaient parfois des "agendas de ministre". Ils n'ont plus le temps de contempler ce qui les entoure, de se poser des questions, voire même, de s'ennuyer !
Notre objectif est donc, le temps d'une journée ou d'un stage, de leur apprendre à lâcher prise, de ralentir, de prendre le temps et de le savourer.

ADL Durbuy : Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à quelqu'un qui voudrait se lancer ? 

L'envie d'accueillir doit être plus forte que l'envie de gagner sa vie, sinon on risque la déception ! Pour citer Confucius : "Choisis un travail que tu aimes et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie".




La Ferme du Pré Charmant
Gîtes à la ferme
Emmanuel et Nathalie Delfosse-Pirard
Rue Colonel Vanderpeere 14 | 6940 Grandhan
Tél. : 086 21 16 57
www.gitedurbuy.be
Page Facebook



Entretien rédigé par Caroline Lamy, juin 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire